Sélectionner une page

ECONOMIE,OPINIONS,Tribunes

La prochaine phase de la réforme et de l’ouverture de la Chine

De Project Syndicate, par Andrew Sheng et Xiao Geng – Au cours des quatre dernières décennies, la Chine s’est intégrée à des réseaux mondiaux dans les domaines du commerce, de la finance, des données et de la culture (englobant les valeurs sociales, la religion et les convictions politiques). Mais, à mesure que les États-Unis adoptent le protectionnisme, la Chine devra continuer d’adapter son approche en matière de progrès au niveau de l’intégration mondiale.

Depuis les années 1980, l’approche de la Chine en matière de développement est axée sur l’expérimentation et la mise en œuvre progressive. Grâce à cette stratégie «pilote et élargie», en 2013, 12 ans après son adhésion à l’Organisation mondiale du commerce, la Chine est devenue la plus grande économie commerciale du monde (pour les biens). En 2018, son ratio échanges commerciaux / PIB était de 38%, ce qui est nettement supérieur à celui des États-Unis (27% en 2017).

En ce qui concerne les marchés financiers, les dirigeants chinois se sont efforcés de veiller à ce que la libéralisation ne se produise que lorsque les échanges intérieurs et le cadre réglementaire seront suffisamment solides et crédibles pour gérer les risques pertinents. Les décideurs ont donc adopté une stratégie en deux temps, échelonnée sur la base de la position unique de Hong Kong sur les marchés chinois et internationaux.

En 20 ans, depuis que les entreprises d’État chinoises ont commencé à se coter en actions et à lever des fonds à Hong Kong, la ville est devenue, avec ses impôts bas et son infrastructure solide pour le respect de la loi, un centre financier mondial. Au cours de ce processus, Hong Kong a servi de catalyseur et d’intermédiaire à la libéralisation plus large des marchés financiers en Chine, offrant une sorte de zone tampon permettant d’expérimenter les interactions entre les marchés financiers renminbi continentaux et extraterritoriaux.

Grâce à cette approche, la part de la Chine sur les marchés mondiaux de la dette et des actions a fortement augmenté. En 2004, la Chine représentait 1,2% du marché obligataire mondial, contre 42,2% pour les États-Unis, 26,5% pour l’Union européenne et 18,7% pour le Japon. À la fin de 2018, le marché obligataire chinois s’était développé pour représenter 12,6% du total mondial, tandis que celui des États-Unis était tombé à 40,2%, celui de l’UE à 20,9% et celui du Japon à 12,2%.

De même, la part de la capitalisation boursière mondiale détenue par la Chine continentale est passée de 1,2% en 2004 à 8,5% en 2018. À cela s’ajoute la part de Hong Kong, et le total de la Chine atteint 13,6%. Au cours de la même période, la part de la capitalisation boursière mondiale détenue par les États-Unis est passée de 45,4% à 40,8%, l’UE est passée de 16,3% à 10,8%; et le Japon est passé de 16,3% à 7,1%.

Pourtant, la Chine a encore beaucoup de travail à faire en matière d’intégration. Comme le montre un récent rapport McKinsey, plus de 80% des revenus des 110 sociétés du classement Fortune 500 en Chine sont d’origine nationale et la participation étrangère sur les marchés bancaires, des valeurs mobilières et des obligations en Chine restent inférieure à 6%. De plus, les obstacles à la poursuite des progrès sont importants. Pour poursuivre l’intégration de la Chine dans les réseaux mondiaux, les autorités devront surmonter au moins quatre grands défis stratégiques.

Le premier défi consiste à maîtriser la dette, qui a plus que quintuplé dans l’économie au cours de la dernière décennie et dépasse maintenant 300% du PIB, soit un niveau comparable à celui des pays avancés. Alors que la Chine peut se permettre de consommer et d’investir davantage, compte tenu de son taux d’épargne intérieur élevé, elle devra également approfondir ses marchés d’actions pour réduire les risques liés à l’endettement à long terme.

Deuxièmement, la Chine doit trouver des moyens de faire progresser l’internationalisation du renminbi. Depuis 2009, le gouvernement chinois s’est employé à développer l’utilisation internationale de la devise. Toutefois, selon la Banque des règlements internationaux, le renminbi ne représentait que 2,1% du total des opérations quotidiennes sur le marché des changes en avril de cette année, loin derrière le dollar américain (44%), l’euro (16%) et le marché japonais. yen (8,5%).

La Chine devra également s’ajuster à un compte courant largement équilibré, après des décennies en tant que pays largement excédentaire. Afin de maintenir une balance des paiements saine et d’éviter de prendre trop de risques, la Chine doit maintenant veiller à ce que ses sorties de capitaux soient à peu près équilibrées par des entrées de fonds étrangers.

Le quatrième défi auquel la Chine est confrontée pour parvenir à une intégration mondiale accrue réside dans un environnement extérieur hostile, façonné par les inquiétudes suscitées par des flux de marchandises excessifs ou inégaux, de capitaux, de données, de personnes et de culture. Cela n’est nulle part plus évident que dans l’administration du président américain Donald Trump et son assaut contre le système commercial mondial, y compris l’escalade de la guerre commerciale avec la Chine.

Les négociations n’ayant pas permis de mettre fin à cette guerre commerciale – notamment en raison de conceptions du monde fondamentalement différentes – le gouvernement Trump fait tout ce qui est en son pouvoir pour « gagner ». Investissement aux États-Unis (CFIUS) pour bloquer les transactions liées à la technologie, aux infrastructures, aux données personnelles et aux biens immobiliers pour des raisons de sécurité nationale. Les règles toucheraient des acteurs, tels que la Chine, qui commercent avec des pays soumis à des sanctions américaines.

L’escalade du conflit avec les États-Unis exerce de fortes pressions sur la stratégie progressive de la Chine consistant à «expérimenter et élargir». Certes, la Chine a élargi son approche à deux niveaux en matière d’intégration ces dernières années, en intégrant un nombre croissant de provinces du continent dans des projets pilotes tels que la zone de libre-échange de Shanghai. La Chine espère que, tout comme Hong Kong, ces villes pilotes pourront maintenir son élan d’intégration en l’aidant progressivement à aligner son régime juridique et réglementaire sur les cadres mondiaux régissant les échanges, la finance, la fiscalité et d’autres transactions.

Mais la Chine devra élargir et intensifier ces efforts si elle veut protéger ses liens avec les réseaux mondiaux de finance, de données et de connaissances. Seules des mesures audacieuses, intelligentes et novatrices permettront aux décideurs d’assurer que les villes pilotes de la Chine continuent à montrer la voie vers un avenir plus ouvert, intégré, pacifique et prospère.

Xiao Geng
Andrew Sheng

Andrew Sheng est membre distingué de l’Asia Global Institute de l’Université de Hong Kong et membre du Conseil consultatif du PNUE sur la finance durable. Xiao Geng, président de l’Institute for International Finance de Hong Kong, est professeur et directeur de l’Institut de recherche de la Route de la soie maritime à la HSBC Business School de l’Université de Pékin.

Chine vs Etats-Unis

Deux puissances économiques mondiales au coude à coude

Chine-Afrique

Les relations sino-africaines prennent un nouveau tournant

Mers de Chine

Dossier explosif entre la Chine et ses voisins asiatiques

Coin des Idées




La Chine impériale

Le MAG de la Chine

Vie de famille, LGBTQ, Sexualité, Egalité, Bien être, Chine insolite

Nos partenaires

Africa Wire

%d blogueurs aiment cette page :