Alors que la réglementation contre le gaspillage alimentaire est entré en vigueur à Beijing, une récente enquête menée par le China Youth Daily a montré une tendance générale à la sensibilisation croissante du public contre le gaspillage alimentaire en Chine.

Selon l’enquête, sur les 1 149 personnes interrogées, environ 71% ont déclaré ressentir un sentiment plus fort de prévention du gaspillage alimentaire au sein du public.

Plus de 65% des personnes interrogées ont déclaré qu’elles pratiqueraient le principe « Videz votre assiette », et environ 64% commanderont et achèteront de la nourriture en fonction de leurs besoins réels.

Selon He Dongcan, interrogé par le Quotidien du peuple, « la clé pour réduire le gaspillage alimentaire est de faire comprendre aux gens l’importance de la sécurité alimentaire nationale, et, dans le même temps, sanctionner le gaspillage alimentaire est également nécessaire ».

Les législateurs chinois ont voté en faveur de l’adoption de la loi anti-gaspillage lors d’une session du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale, la plus haute législature, fin avril. La loi est entrée en vigueur le jour même de sa promulgation.

Lire aussi : La Chine se penche sur une loi contre le gaspillage alimentaire

De plus, selon un règlement adopté le 27 mai par la législature de Beijing, les prestataires de services de restauration qui encouragent, induisent en erreur ou obligent les consommateurs à commander trop de nourriture sont désormais passibles d’amendes allant jusqu’à 10 000 yuans (1 570 dollars).

Le règlement, visant à prévenir le gaspillage alimentaire et à encourager un style de vie simple, vert et sobre en carbone, est entré en vigueur la semaine dernière après avoir été adopté lors d’une session du Comité permanent de l’Assemblée populaire municipale de Beijing plus tôt dans la journée.

Lire aussi : Beijing met en vigueur la réglementation sur le gaspillage alimentaire entre

Aux termes du nouveau règlement, les prestataires de services de restauration ne devront pas fixer un montant de consommation minimum et devront clairement indiquer les articles de service et leurs normes de tarification.

Pour Liu Xiaojie, chercheur associé à l’Institut des sciences géographiques et de la recherche sur les ressources naturelles de l’Académie chinoise des sciences, le nouveau règlement améliore les exigences éthiques au niveau juridique et normatif, offrant des garanties institutionnelles pour une gouvernance efficace du gaspillage alimentaire et suscitant plus d’attention du public.

D’ailleurs l’an dernier, le China Youth Daily avait publié une enquête sur le gaspillage de nourriture, interrogeant plus de 2000 personnes nés entre les années 1960 et 2000, résidant dans les zones rurales et urbaines.

Lire aussi : Xi Jinping veut mettre fin au gaspillage alimentaire

Selon les réponses des enquêtes, 82.2% des chinois ne gaspillent pas dans la vie quotidienne. 84.1% des jeunes nés dans les années 2000 ont l’habitude d’économiser la nourriture, un taux bien supérieur à celui des personnes nées dans les années 80 et 90.

Certes ces dernières années, le gaspillage de nourriture a été réduit, mais les chiffres ont aussi montré que la situation persiste dans certaines régions.

L’Académie chinoise des sciences a révélé, dans un rapport datant de 2018, qu’en moyenne près de 93 grammes de nourriture sont « gâchées » par personne à chaque repas dans toute la Chine, soit un taux de gaspillage de 11.7%. Ce taux est plus élevé dans les banquets, avec 38%. Un tiers de la nourriture est gaspillé chez les élèves.

La Chine a pris des mesures plus rigoureuses ces dernières années et plusieurs politiques ont été mises en place dans différentes régions. En janvier, la province du Jiangsu a publié un décret sur la circulation de l’alimentation, exigeant des gouvernements et des départements relatifs de promouvoir l’éducation sur l’économie des aliments. En juillet, Chongqing voulait enregistrer dans la loi l’interdiction du gaspillage de nourriture.