vendredi, février 16

Étiquette : violence policière

Les affrontements continuent à Hong Kong
Hong Kong, RÉGIONS SPÉCIALES

Les affrontements continuent à Hong Kong

Hong Kong a connu le 26 décembre pour le troisième jour consécutif, des affrontements entre la police et les manifestants pro-démocratie dans des centres commerciaux particulièrement fréquentés en période de fêtes. Les contestataires se sont rassemblés dans différents "malls" (centres commerciaux) de la mégapole et ont scandé des slogans contre le gouvernement et la police. Dans un centre commercial du quartier de Tai Po (nord-est), la police antiémeutes a fait usage de gaz au poivre et de teinture bleue, destinée à signaler les dizaines de manifestants vêtus de noir présents. Les forces de l'ordre ont aussi procédé à de nombreuses arrestations. Dans un communiqué de presse, publié le 26 décembre, le gouvernement a condamné les violences et les destructions. "Cette violence sans p...
Amnesty International : « La police doit cesser le bras de fer »
Hong Kong, RÉGIONS SPÉCIALES

Amnesty International : « La police doit cesser le bras de fer »

Dans un communiqué, l'ONG Amnesty International a indiqué que le "17 novembre, la police de Hong Kong s’est engagée dans un siège du campus de l’Université polytechnique". Ci-après le communiqué d'Amnesty France : Les forces de l'ordre y ont déployé gaz lacrymogènes et canons à eau, semble-t-il pour tenter d'empêcher les gens de quitter les lieux. Les manifestants ont riposté avec des cocktails Molotov. Selon le syndicat des étudiants de l’Université polytechnique de Hong Kong des centaines de manifestants dont certains blessés mais aussi des médecins volontaires, journalistes et travailleurs sociaux étaient toujours présents dans le campus. La police aurait arrêté plus de 100 personnes dans le voisinage. Une tension palpable En assiégeant l’université polytechnique et en tirant de...
La police menace d’utiliser des « balles réelles » face aux manifestants armés
Hong Kong, RÉGIONS SPÉCIALES

La police menace d’utiliser des « balles réelles » face aux manifestants armés

La police hongkongaise a annoncé qu'elle envisageait l'utilisation de "balles réelles" face aux "armes létales" utilisées contre elle durant les affrontements autour du campus PolyU devenu la principale base arrière de la contestation pro-démocratie. Tout a débuté lorsqu'un policier a été blessé le 17 novembre par une flèche tirée par un manifestant autour du campus cerné par des barricades en flammes. La police a lancé dans la nuit son avertissement sur l'utilisation de "balles réelles", premier avertissement de ce type depuis le début des protestations. Depuis juin, l'ex-colonie britannique de 7,5 millions d'habitants est secouée par la pire crise politique depuis sa rétrocession à la Chine en 1997. La mobilisation vise à contester l'influence grandissante de Beijing et le recul d...
Cinq manifestants blessés à Hong Kong
Hong Kong, RÉGIONS SPÉCIALES

Cinq manifestants blessés à Hong Kong

Une bagarre au couteau a dégénéré, le 3 novembre, à Hong Kong. Un assaillant s'en est pris à Andrew Chiu, activiste pro-démocratie, avant de faire six autres blessés avec une arme blanche. Une attaque au couteau a ainsi fait cinq blessés, dont un activiste pro-démocratie qui a eu l'oreille coupée, à l'issue d'une nouvelle journée d'incidents entre manifestants et forces de l'ordre. La bagarre a éclaté devant un centre commercial à Tai Koo Shing, un quartier de la classe moyenne, où des manifestants pro-démocratie s'étaient rassemblés une partie de la journée. Selon des témoins cités par la presse hongkongaise, l'auteur de l'attaque était un homme parlant mandarin et criant des slogans pro-Pékin. Des images télévisées ont montré Andrew Chiu, figure de la contestation pro-démocrat...
La police tire des lacrymogènes contre les manifestants hongkongais
Hong Kong, RÉGIONS SPÉCIALES

La police tire des lacrymogènes contre les manifestants hongkongais

La police hongkongaise a de nouveau fait usage de gaz lacrymogène et de balles en caoutchouc, ce 27 octobre, pour disperser une manifestation pro-démocratie non autorisée dans les rues de Kowloon. Hong Kong traverse depuis début juin sa plus grave crise politique depuis sa rétrocession à la Chine en 1997, avec des manifestations et actions quasi quotidiennes. Le sud de Kowloon a été le théâtre d'affrontements entre forces de l'ordre et manifestants. De nombreux manifestants portaient des masques, malgré l'interdiction décrétée par Carrie Lam, cheffe de l'éxecutif. La tension était palpable le 27 octobre après-midi quand la police s'est déployée des milliers de policiers dans les rues proches du front de mer où devait débuter une manifestation non autorisée par le gouvernement lo...
Interdiction du port du masque lors des manifestations
Hong Kong, RÉGIONS SPÉCIALES

Interdiction du port du masque lors des manifestations

Les autorités hongkongaises ont interdit le port du masque et même des masques à gaz pour se protéger des gaz lacrymogènes, utilisés massivement par les manifestants pour éviter d'être identifiés. L'exécutif hongkongais compte ainsi mettre fin à quatre mois d'une crise politique inédite dans l'ex-colonie britannique. Depuis début juin, Hong Kong est le théâtre d'actions quasi quotidiennes pour dénoncer le recul des libertés et les ingérences grandissantes de Beijing dans les affaires de la région semi-autonome. Ni le pouvoir central chinois, ni l'exécutif hongkongais pro-Beijing, ne sont parvenus à calmer la contestation, qui donne lieu à des affrontements de plus en pus violents entre radicaux et forces de l'ordre. Pour ne pas être identifiés et éviter de futures poursuites jud...
Colère de milliers de Hongkongais après un tir à balle réelle
Hong Kong, RÉGIONS SPÉCIALES

Colère de milliers de Hongkongais après un tir à balle réelle

Plusieurs milliers de hongkongais se sont rassemblés spontanément ce 2 octobre pour manifester leur colère au lendemain d'affrontements d'une violence sans précédent. Au cours de ces manifestations, un jeune homme a été blessé par le tir à balle réelle d'un policier. Quelques milliers de manifestants, dont des employés de bureaux en costume cravate, se sont retrouvés dans un parc avant de défiler dans un quartier commercial de la ville. Ils étaient munis de slogans anti-gouvernementaux et contre la police. Auparavant, des centaines de hongkongais s'étaient rassemblés devant l'école du manifestant blessé, Tsang Chi-kin, âgé de 18 ans. Des élèves ont notamment scandé: "Pas d'émeutiers, seulement de la tyrannie", avec dans les mains des photos de l'incident qui a été filmé d'après l'...
A Hong Kong, la police tire sur un manifestant
Hong Kong, RÉGIONS SPÉCIALES

A Hong Kong, la police tire sur un manifestant

Dans un communiqué Amnesty International a réagit au tir de la police sur un manifestant à Hong Kong lors des manifestations marquant la fête nationale chinoise. Le manifestant se trouve actuellement dans un état critique à l’hôpital. Man-Kei Tam, directeur d’Amnesty International Hong Kong, a déclaré : «Ce tir à balles réelles contre un manifestant marque une évolution très inquiétante de la réponse de la police de Hong Kong au mouvement de contestation. Les autorités de Hong Kong doivent mener dans les meilleurs délais une enquête efficace sur la séquence d’événements qui ont conduit un adolescent à se retrouver sur un lit d’hôpital, à se battre pour sa vie. La police ne doit recourir à la force meurtrière qu’en réponse à une menace imminente de mort ou de blessure grave, et ce u...
Une journaliste indonésienne blessée par la police
Hong Kong, RÉGIONS SPÉCIALES

Une journaliste indonésienne blessée par la police

Une journaliste indonésienne basée à Hong Kong est hospitalisée après avoir été blessée au visage par une balle en caoutchouc, tirée par la police lors des débordements le 29 septembre à Hong Kong. Veby Mega Indah, une journaliste de 39 ans a affirmé au quotidien South China Morning Post avoir été blessée à l'oeil par un projectile non létal au cours d'une manifestation. "Je portais un casque et des lunettes de protection. Je me tenais avec d'autres journalistes. J'ai entendu un journaliste crier 'Ne tirez pas, nous sommes journalistes'. Mais la police a tiré", a décrit la reporter qui travaille pour le journal Suara Hong Kong News, un média local lu par la diaspora indonésienne à Hong Kong. Après l'incident, elle a été transportée à l'hôpital et le consulat indonésien à Hong ...
Usage d’une arme à feu : la faute aux manifestants
Hong Kong, RÉGIONS SPÉCIALES

Usage d’une arme à feu : la faute aux manifestants

Face aux accusations suite à l'usage d'une arme à feu par un policier et des canons à eau contre les manifestants, la police de Hong Kong a blâmé le comportement des "manifestants extrêmement violents" pour justifier ses actions. Le tir est intervenu comme "un coup de semonce en l'air" après qu'un policier avait été roué de coups et était tombé au sol, selon la police. Les canons à eau ont, eux, été utilisés par deux véhicules, afin de de disperser les manifestants. Une quinzaine de policiers ont été blessés, ce dimanche, tandis que des dizaines de manifestants, dont l'un de douze ans, ont été interpellés.
La police charge : canon à eau, gaz lacrymogène, arme à feu
Hong Kong, RÉGIONS SPÉCIALES

La police charge : canon à eau, gaz lacrymogène, arme à feu

La police hongkongaise fait face depuis plusieurs semaines à la vindicte populaire avoir avoir fait un usage excessif de la force contre les manifestants. Ce dimanche 25 août, la tension est montée d'un cran avec l'usage de canon à eau et d'une arme à feu. «D'après ce que je comprends, un collègue vient juste de tirer avec son arme à feu. Ce que je comprends est que c'est un policier en uniforme qui a effectué ce tir», a déclaré un officier de la police de Hong Kong aux journalistes. Cette déclaration intervient alors que de violents heurts ont éclaté entre des manifestants pro-démocratieet la police à Tsuen Wan, à environ 10 kilomètres du centre-ville. La police utilise des canons à eau La police a utilisé ce 25 août des canons à eau contre des manifestants radicaux, pour ...
Hong Kong dans « une situation très dangereuse »
Hong Kong, RÉGIONS SPÉCIALES

Hong Kong dans « une situation très dangereuse »

La grève générale organisée lundi 5 août a entraîné d'importants bouleversements dans le métro hongkongais et sur les vols internationaux, en raison de nouveaux blocages des rames par les manifestants pro-démocratie. Depuis deux mois, ces derniers maintiennent, et accroît, la pression sur les autorités pro-Beijing, qui ont dénoncé une "situation très dangereuse". Les protestataires exigent la démission de la cheffe de l'exécutif hongkongais, Carrie Lam, et craignent une influence grandissante du pouvoir central chinois sur cette Région administrative spéciale. Hong Kong traverse sa plus grave crise politique depuis sa rétrocession en 1997 par le Royaume-Uni. L'île a déjà connu huit week-ends consécutifs de manifestations, dont les dernières ont suivies d'affrontements entre de peti...
La diversité des manifestants montrent l’ampleur du mouvement
Hong Kong, RÉGIONS SPÉCIALES

La diversité des manifestants montrent l’ampleur du mouvement

La grève générale et les manifestations du 5 août ont paralysé l'archipel, après deux mois de mobilisation pour réclamer la démocratie et dénoncer les violences policières. La journée de grève générale à Hongkong avait commencé par le blocage des transports en commun à l’heure de pointe. Outre des retards importants et des frictions entre manifestatns et usagers, la tension s'est Mais dans les rues, les forces de l’ordre ont arrêté plusieurs protestataires réunis devant un commissariat de police. Désormais, la police ne vise plus seulement à disperser la foule, elle procède à des vagues d'arrestation, afin de décourager les militants. Au total, les autorités ont arrêté 420 personnes depuis le début des événements, le 9 juin. Agés de 14 à plus de 76 ans, elles reflètent la dive...
Massacre du 28 février 1947, où « Incident 228 »
TAIWAN

Massacre du 28 février 1947, où « Incident 228 »

L’incident 228, aussi connu comme le Massacre 228 ou Massacre du 28 février 1947, est un soulèvement populaire contre le gouvernement de Taïwan qui a débuté le 27 février 1947. Le nombre « 228 » fait référence au jour où le massacre a commencé, le 28 février ou « 02-28 ». À l'issue de la Seconde Guerre Mondiale (1939-1945), la République de Chine, contrôlée par le Kuomintang, dirigé lui-même par Tchang Kaï-chek, reprend sa tutelle administrative sur Taïwan. Auparavant colonie japonaise, tout le système économique, social, culturel, administratif et politique est basé sur le modèle du colonisateur installé sur l'île depuis 1895. L’élément déclencheur Le 27 février 1947, dans les rues de Taipei, des inspecteurs chargés de l’administration du monopole gouvernemental du tabac effectu...
2 ans de prisons pour les policiers violents
Hong Kong, Police et Justice, RÉGIONS SPÉCIALES

2 ans de prisons pour les policiers violents

Sept policiers de Hong Kong ont été condamnés ce vendredi 17 février à deux ans de prison pour avoir agressé un manifestant lors du mouvement pour la démocratie de 2014. Les sept condamnés avaient été reconnus coupables en début de semaine de blessures à l'encontre de Ken Tsang, mais ils avaient été relaxés pour le chef d'accusation de coups et blessures volontaires graves. Pourtant les images de la vidéo, montrant l'agression, attestent d'une intention volontaire de blesser. Pour le juge David Dufton, cette agression était une "attaque brutale". En prononçant la sentence, le juge a indiqué qu'il faut "faire un exemple" de ces policiers qui ont enfreint la loi. "Le nombre multiple de blessures et les dégâts infligés à la réputation de Hong Kong (...) contribuent à la nature très grav...
Hong Kong : 7 policiers jugés coupables pour agression
Hong Kong, Police et Justice, RÉGIONS SPÉCIALES

Hong Kong : 7 policiers jugés coupables pour agression

Sept policiers hongkongais ont été reconnus coupables ce mardi 14 février après avoir agressé un manifestant lors d'une des manifestations du mouvement pour la démocratie. Septembre 2014, des heurts éclatent vers 3 heures du matin après l'occupation d'un passage souterrain près du quartier général du gouvernement par des dizaines de manifestants. La police anti-émeute utilisent du gaz poivré pour déplacer les foules. Mais une télévision locale va capturer des images montrant clairement un acte de violence policière. La vidéo est rapidement diffusée et partagée sur les réseaux sociaux. Alan Leong, chef du Parti civique, dont est membre la victime Ken Tsang Kin-Chiu (ci-côté), assurait que "d'après ce que nous avons vu, Tsang était déjà menotté avec des menottes en plastique ... et...