Selon une étude du think tank chinois Global Environmental Institute, la Chine a soutenu financièrement 240 projets de centrale à charbon dans 25 pays concernés par son initiative « La Ceinture et la Route », depuis 2001.

Alors que la Chine cherche à s’imposer comme leader mondial dans le cadre de l’Initiative « la Ceinture et la Route », des doutes persistent quant à sa volonté de lutter contre le réchauffement climatique, en raison des vastes investissements du pays dans des projets de production d’électricité au charbon.

Ceux-ci vont à l’encontre des engagements prit par Beijing, lors de la COP201, à Paris en décembre 2016, et va l’encontre de l’image de leader climatique que veut adopter Xi Jinping.

L’ONG, Global Environmental Institute, a publié un rapport dans lequel il montre que la participation chinoise aux projets d’énergie à charbon à l’étranger a diminué depuis 2015.

Bien que cette baisse soit considérée comme conforme au consensus de l’Accord de Paris de 2015, certains pays le long de la nouvelle route de la soie ont contribué à ce changement en réduisant d’eux-mêmes le soutien aux projets à forte émission de gaz à effet de serre.

D’ailleurs, l’Inde aura été un terrain fertile pour la Chine au cours des 15 dernières années, avec près de la moitié des 250 GW de projets charbonnier soutenus par la Chine en Inde.

Mais avec l’arrivée de Narendra Mohdi, à la tête du gouvernement indien, la politique environnementale a prit un autre tournant. Désormais, la Chine se tourne vers les pays d’Asie du sud-est, comme l’Indonésie et le Vietnam.

Ainsi, Beijing a participé à 240 projets d’énergie au charbon dans 25 pays sur les 65 situés le long de « La Ceinture et la Route », représentant plus de 251 GW de la capacité installée.

Une nette augmentation des investissements ont été recensé en 2013 lors du lancement de l’initiative « La Ceinture et la Route » par Xi Jinping, et la décision des institutions financières internationales (Banque Mondiale, FMI) de ne plus financer les projets de production d’électricité au charbon.

À l’heure actuelle, 52 de ces projets sont en préparation (projets prévus ou signés), avec une capacité installée combinée de 72 116 MW, comptabilisant 12,66% des projets de production de charbon-énergie dans le pipeline à l’échelle mondiale, note le rapport.

54 projets sont en construction, avec une combinaison installée d’une capacité de 48 005 MW, soit 17,59% des centrales électriques à charbon en construction à l’échelle mondiale. Enfin,  114 projets sont en cours, avec une capacité installée combinée de 88 018 MW, représentant 4,48% des plantes charbon-rouges en fonctionnement à l’échelle mondiale.

Par conséquent, « la Chine est devenue l’un des acteurs les plus importants dans le développement mondial du charbon ».