Le ministre des affaires étrangères, Wang Yi, a appelé ce 8 mars, Pyongyang à suspendre son programme nucléaire et a exhorté, dans le même temps, les Etats-Unis à stopper leurs manœuvres militaires en Corée du Sud, afin de « désamorcer la crise » dans la péninsule.

Lors d’une conférence de presse à Beijing, Wang Yi a indiqué qu' »afin de désamorcer la crise qui se prépare dans la péninsule (coréenne), la Chine propose que, dans un premier temps, (la Corée du Nord) suspende ses programmes nucléaire et balistique, en échange de l’arrêt des manœuvres militaires à grande échelle des Etats-Unis et de la Corée du Sud« , entamées la semaine dernière.

Cet échange de suspensions pourrait permettre « de ramener les parties à la table des négociations« , a expliqué le ministre, deux jours après les tirs de missiles nord-coréens, dont trois sont tombés dans les eaux japonaises. Suite à ces tirs, Washington a annoncé hier le début du déploiement de son système de bouclier antimissile THAAD en Corée du Sud, suscitant une ferme opposition de Beijing.

Beijing considère que le système THAAD (Terminal High-Altitude Area Defense) et son radar peuvent annihiler l’efficacité de ses propres systèmes de missiles. Raison pour laquelle, « la Chine prendra résolument les mesures nécessaires pour défendre ses propres intérêts de sécurité« , a averti mardi 7 février le porte-parole du ministère, Geng Shuang, assurant que « les États-Unis et la Corée du Sud en subiront toutes les conséquences ».

Ce dernier a appelé « toutes les parties à cesser ce déploiement et à ne pas emprunter ce mauvais chemin ». Or pour Washington, ce système est la réponse adéquate au programme nucléaire et de missiles de la Corée du Nord.

En janvier 2015, Pyongyang  avait aussi proposé de suspendre temporairement ses essais nucléaires, si les Etats-Unis annulaient leurs manœuvres prévues en Corée du Sud, ce que les deux pays avaient refusé.