Lu Pin, activiste féministe chinoise, a écrit une note sur le site d’Amnesty International faisant état de la première Loi sur la violence domestique en Chine, promulguée en mars 2016.

Après 20 années de militantisme par les défenseurs des droits des femmes, la loi sur la violence conjugale, apparaît comme «une victoire historique». Deux ans après la loi, des changements ont-ils eu lieu ?

«Depuis longtemps, les femmes en Chine se mobilisent pour s’entraider», note Lu Pin, ajoutant que selon les statistiques gouvernementales, une femme sur quatre a été victime de violences domestiques.

«Et pourtant, ce fléau silencieux est bien souvent balayé sous le tapis. La violence au sein des familles est traditionnellement considérée comme une question d’ordre privé – dans laquelle les étrangers n’ont pas le droit d’intervenir», a expliqué cette dernière, ajoutant que «les choses changent».  

Retrouvez son analyse dans un dossier complet, retraçant son récit paru sur le site d’Amnesty International.