Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, a demandé samedi 26 janvier la démission de l’ambassadeur du Canada en Chine, John McCallum. Ce dernier a provoqué la colère d’Ottawa pour ses commentaires sur l’extradition de la directrice financière de Huawei.

A lire aussi : Chine-Canada, la confrontation s’intensifie

Meng Wanzhou, fille du fondateur de Huawei, géant des télécoms chinois considéré par les agences du renseignement américain comme lié au gouvernement chinois, a été arrêtée le 1er décembre à Vancouver. Suite à cela, un conflit diplomatique a éclaté entre la Chine et le Canada, avec en fond les américains, qui accusent Meng Wanzhou d’avoir détourner leq sanctions contre l’Iran.

Cette dernière est accusée d’avoir dissimulé des liens existant entre Huawei et une société qui essayait de contourner les sanctions américaines contre l’Iran. Le département américain de la Justice a fait savoir le 22 janvier qu’il allait formuler une demande d’extradition.

A lire aussi : Extradition de Meng Wanzhou, la lutte continue Extradition de Meng Wanzhou, Beijing dénonce une « brimade » des Etats-Unis

John McCallum a déclaré que Meng Wanzhou disposait d’arguments juridiques solides pour éviter l’extradition. Ses commentaires ont provoqué la colère des députés de l’opposition et d’anciens ambassadeurs, l’accusant d’ingérence politique inacceptable dans une affaire.

« La nuit dernière, j’ai demandé et accepté la démission de John McCallum comme ambassadeur du Canada en Chine », a indiqué Justin Trudeau dans un coommuniqué. Ce dernier n’a pas donné les raisons de son renvoi.

D’après des sources diplomatiques, interrogées par l’agence de presse Reuters, il s’agit de la première fois qu’un ambassadeur canadien a été officiellement renvoyé.