Le géant chinois des VTC Didi Global se prépare à relancer ses applications en Chine d’ici la fin de l’année 2021, en raison de la clôture prochaine de l’enquête menée par Pékin concernant la cybersécurité de la société, ont déclaré trois personnes directement impliquées dans le projet.

Lire aussi : Le gouvernement a convoqué Didi et dix autres start-up

Les trois sources, citées par l’agence de presse Reuters, ont confié s’attendre à ce que le régulateur chinois du cyberespace, l’Administration chinoise du cyberespace (CAC), finalise ses sanctions en décembre. Si elle prévoit des sanctions.

Didi aurait mis de côté une enveloppe de 10 milliards de yuans (1,4 milliard d’euros) pour le règlement d’une amende potentielle, selon l’une de ces sources anonymes.

En plein préparatifs en vue de la relance de ses applications et sur le montant mis de côté pour une éventuelle amende, Didi a déclaré que les informations obtenues par Reuters étaient « du pur ouï-dire sans fondement ».

Lire aussi : Bourse de New York : Didi dément les rumeurs de sortie

Sans donner plus de détails, Didi a souligné coopérer activement et pleinement avec l’enquête. De son côté, l’Administration chinoise du cyberespace n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Le régulateur a lancé début juillet une enquête contre le géant Didi, après son introduction en bourse à Wall Street. L’administration avait exigé à l’entreprise de suspendre l’enregistrement de nouveaux clients, invoquant la sécurité nationale et l’intérêt public.

Lire aussi : Le géant du VTC, Didi, dans le viseur des autorités

Le CAC avait aussi ordonné aux boutiques d’applications pour smartphones de retirer 25 applications mobiles exploitées par le groupe, qui compte près de 377 millions d’utilisateurs actifs par an en Chine.