lundi, juillet 15

Les armées chinoises et indiennes ont mis en place un téléphone rouge

Une ligne de communication directe a été mise en place à la frontière par les états-majors indien et chinois, selon le ministère de la Défense indienne. Elle devrait favoriser la normalisation des relations frontalières, compromises en juin 2020.

«Un téléphone rouge entre les forces armées de l’Inde et de la Chine a été établi à la frontière entre les pays», a annoncé le 1er août le ministère indien de la Défense. Le communiqué publié sur le site web du gouvernement indien a indiqué qu’une «liaison téléphonique d’urgence a été mise en place, à Kongra La dans le Sikkim du nord, entre les Forces armées indiennes et l’Armée populaire de libération de Chine à Khampa Dzong dans la Région autonome du Tibet afin de poursuivre l’établissement de l’esprit de confiance et des relations cordiales le long des frontières».

L’Inde a souligné que la cérémonie d’inauguration, organisée en présence des commandants des armées chinoises et indiennes, coïncidait avec la journée de l’Armée chinoise célébrée le 1er août.

Lire aussi : La Chine et l’Inde : partenaires ou ennemis ?

Il s’agit de la sixième ligne de communication entre les forces terrestres de Chine et d’Inde sur la Ligne de contrôle réel (Line of Actual Control, LAC), longue de 3.488 km, a précisé le Times of India.

Cette annonce intervient au lendemain de la réunion des hauts commandants militaires indiens et chinois visant à mettre fin à l’impasse de 15 mois le long de la ligne de contrôle réel (LAC).

Cette réunion a eu lieu après une interruption de trois mois dans le but de désengager des milliers de forces. Selon le porte-parole de l’armée indienne, le colonel Sudhir Chamoli, a déclaré que la réunion avait commencé le 30 juillet 2021 du côté chinois de la frontière dans la région orientale du Ladakh.

Le 12e cycle de pourparlers au niveau de l’armée semble avoir été poussé par une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Inde et de la Chine au Tadjikistan le 15 juillet 2021.

Le ministre indien des Affaires étrangères, S. Jaishankar, a déclaré que l’impasse militaire perturbait profondément leurs relations. Il a également averti que tout changement unilatéral du statu quo par Pékin était inacceptable.

En février, la Chine et l’Inde ont retiré leurs troupes et leurs armes de première ligne du secteur de Pangong Tso. L’accent était désormais mis sur le désengagement des troupes des régions de Hot Springs, Gogra et Depsang.

Lire aussi : La Chine et l’Inde retirent leurs troupes à la frontière himalayenne

La Chine et l’Inde ont alors stationné des dizaines de milliers de soldats soutenus par de l’artillerie, des chars et des avions de chasse le long de la frontière de facto ALC. En 2020, 20 soldats indiens sont morts dans un affrontement avec des soldats chinois impliquant des matraques, des pierres et des poings dans une partie de la frontière contestée. La Chine a déclaré avoir perdu quatre soldats.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré après la réunion des ministres des Affaires étrangères que l’impasse ne profitait à aucune des parties et que la Chine souhaitait résoudre la situation par le dialogue.

La Ligne de contrôle réel sépare les territoires tenus par les Chinois et les Indiens du Ladakh à l’ouest jusqu’à l’État indien de l’Arunachal Pradesh, que la Chine revendique dans son intégralité.

L’Inde et la Chine ont plusieurs litiges territoriaux de longue date le long de leur frontière himalayenne. Les zones disputées depuis uhe centaine d’année se situent dans les secteurs du Ladakh et de l’Arunachal Pradesh du côté indien, et dans les régions autonomes chinoises du Xinjiang et du Tibet.

Ces zones représentent de vastes terrains montagneux et en grande partie inhabités. Le dernier conflit armé ouvert entre la Chine et l’Inde remonte à la guerre éclair de 1962.

Une série d’affrontements entre les militaires indiens et chinois s’est également produite au Ladakh près du lac Pangong en juin 2020. Elle a fait des dizaines de morts des deux côtés et monter le niveau des tensions frontalières.

Lire aussi : Quatre soldats chinois tués en juin 2020 lors de l’accrochage avec l’Inde

Malgré les rencontres et discussions entamées à la suite de cette escalade entre des diplomates et militaires de Chine et d’Inde, New Delhi a pris des mesures de rétorsion économiques, interdisant plusieurs dizaines d’applications mobiles et de plateformes de commerce électronique chinoises.

Lire aussi : L’interdiction indienne des applications chinoises désormais permanente

La dernière rencontre entre les chefs de la diplomatie de l’Inde et de la Chine s’est tenue dans le cadre de la réunion du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’Organisation de coopération de Shanghaï (OCS) les 13 et 14 juillet 2021 à Douchanbé, au Tadjikistan.

Selon l’agence de presse, Xinhua, les deux ministres se sont mis d’accord afin de poursuivre les négociations frontalières sur la base des mécanismes existants afin de sauvegarder conjointement la paix et la tranquillité dans les zones limitrophes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *